UNE FAMILLE DE LA DIASPORA A MAYOTTE (2ème partie)

Publié le par Pierre LEAUSTIC

Suite de l'interview de Katy et Ronan Léaustic qui excercent leurs activités professionnelles à Mayotte dans l'Océan Indien (2ème partie)

 
Mayotte est–elle une île très peuplée ?
Mayotte compte au dernier recensement (août 2007) 186 452 habitants Le taux de croissance annuel moyen de la population, moins élevé sur la période 2002-2007 que par le passé, demeure important (+3.1 % ) notamment pour les communes proches du Pôle urbain de Mamoudzou.
La population se caractérise par sa jeunesse. Plus d’un habitant sur deux a moins de 20 ans, contre une proportion de un sur trois à la Réunion et de un sur quatre pour la France entière. Contrairement à la métropole, l’accroissement naturel demeure fort. Ce dynamisme démographique conduit à l’arrivée d’environ 4 000 nouveaux actifs par an sur le marché du travail.
Un tiers des habitants de Mayotte est étranger (soit 55 000 personnes dont 15 000 sont arrivées depuis 1997) et 96% d’entre eux sont Comoriens (appellation couramment utilisée pour désigner les populations des trois îles voisines de l’archipel). Entre 1997 et 2002, environ 21 500 personnes sont arrivées à Mayotte (soit 4 300 arrivées annuelles en moyenne sur la période contre 3 000 entre 1991 et 1997). La majorité des arrivants (66%) proviennent des Comores et 22% de France métropolitaine. Alors que plus de 70% des métropolitains ont un emploi quand ils s’installent, seulement 22% des Comoriens sont dans ce cas.
L’immigration issue des autres îles de l’archipel n’est pas un phénomène nouveau. Entre 1991 et 1997, leurs habitants étaient déjà nombreux à venir s’installer à Mayotte, attirés par le rattrapage continu des normes françaises - en termes d’infrastructures, de logements, d’accès à l’éducation et aux services de santé - entraîné par la volonté affichée des Mahorais de rester français. En outre, cette immigration est très majoritairement clandestine.

Existe-t-il une civilisation typiquement mahoraise ?
Société aux multiples visages, Mayotte hérite d'une culture très diversifiée, à la fois africaine, perse, orientale, malgache, européenne ou arabe. L'Islam arrivé sur l'île dès le 9ème siècle avec des marchands arabes et perses, est omniprésent dans la vie quotidienne. Entre tradition et modernité, la société mahoraise maintient des règles coutumières sous le contrôle de cadis. Le savoir et les techniques sont transmis par les "fundis" de génération en génération. Ainsi, Mayotte a su conserver des gestes anciens qui font sa fierté telle la cueillette manuelle des fleurs d'ylang.
De religion musulmane, la femme mahoraise joue un rôle important au sein de la société. Propriétaire des terrains et maisons, maîtresse de la gestion domestique, influente en politique locale, elle est l'élément stabilisateur de l'économie de l'île.
L'artisanat est marqué également par les influences africaine, arabe et européenne. Il se manifeste dans de nombreux domaines : la broderie, la vannerie, la poterie, le bois sculpté, la bijouterie et différentes associations s'organisent pour proposer des créations originales.
La pratique d’un islam modéré est très prégnante dans la société. S’ajoutent aux rites et croyances islamiques, des influences malgaches ou d’Afrique de l’Est. Ainsi le shimaoré (un dérivé du swahili d’Afrique) et le shibushi (originaire de Madagascar) restent les langues les plus couramment parlées, et des villages entiers ne parlent encore que l’une ou l’autre de ces langues au quotidien. Mis à part pour les personnes originaires de métropole, le français n’est pas la langue utilisée au quotidien pour la quasi-totalité des habitants de Mayotte.
La famille traditionnelle mahoraise est structurée autour de la femme. Elle est matrilinéaire. Ce sont les filles qui héritent de la maison et des terrains de la famille. La femme est aussi responsable de l’éducation des enfants et de la gestion de la famille, ce qui n’exclut pas l’homme dans son rôle culturel de père de famille. La polygamie est légalement interdite depuis le 1er janvier 2005). A titre d’exemple, parmi les hommes mariés, 12,2% étaient en situation de polygamie en 2002.
 
A SUIVRE…
 
KATY ET RONAN LEAUSTIC
 

Publié dans LIEUX GEOGRAPHIQUES

Commenter cet article