DU RADON AU PAYS DE NOS ANCETRES ?

Publié le par Pierre LEAUSTIC





Le radon est un gaz radioactif d'origine naturelle inodore et incolore qu'on trouve dans le Finistère, berceau de la diaspora, à un taux supérieur à la moyenne nationale.

 

 

Origine et concentration

Provenant de la désintégration du radium, lui-même issu de l'uranium, il est présent dans l'ensemble des sols de la croûte terrestre. On le trouve en grande quantité dans les régions granitiques et volcaniques.
Sa concentration dans l'environnement s'exprime et s'évalue en Bq/m3 (Becquerel par mètre cube qui équivaut à une désintégration d'un atome de radon par seconde et par mètre cube)

En atmosphère libre la concentration du radon est très faible car il est dilué par les courants aériens.
En atmosphère confinée (bâtiments, habitations...) le radon s'accumule et peut atteindre des valeurs très élevées (plus de 1000 Bq/m 3)
.

Quelles sont les régions les plus concernées en France ?

Les campagnes de mesures ont permis de situer l'Auvergne, la Bretagne, la Corse, la Franche-Comté et le Limousin comme étant les régions où les concentrations moyennes sont les plus élevées

Dans le Finistère la proportion de concentration dépassant 200 et 400 Bq/m » est importante puisque 19 % des mesures sont supérieures à 200Bq/m3» (contre 9% en France) et plus de 6% sont supérieures à 400Bq/m3 (contre 2,3% en France) .

Pourquoi s'intéresser au radon ?

Tout simplement parce que ce gaz est le deuxième facteur de risque de cancer du poumon après le tabac. Il a été classé en 1987 comme « cancérigène pulmonaire chez l'homme » par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC).
Le radon pénètre dans les poumons avec l'air respiré. Les rayonnements alpha produits irradient les cellules les plus sensibles des bronches et sont de nature à induire le développement d'un cancer.

Impact sur la santé

... en France et à l'étranger

13% des 25000 décès (soit environ 3350 décès) par cancer du poumon observés annuellement en France pourraient être attribués à l'exposition au radon selon L'institut national de veille sanitaire.

Les résultats récents des études épidémiologiques effectuées sur le continent américain comme européen démontrent que le risque de cancer de poumon augmenterait de 16% à chaque fois que les niveaux moyens de radon auxquels on est exposé dans sa maison (30 ans d'exposition) augmentent de 100Bq/m3.

... en Bretagne

Une étude menée en 2000 par l'Institut de protection et de sûreté nucléaire (IPSN) conclut que 20% des décès par cancer du poumon seraient attribuables au radon (185 décès sur 816 en 2000).

... dans le Finistère

C'est le département le plus touché par ce type de cancer en Bretagne.

Comment vérifier la présence de radon dans votre habitation ?

La principale source de radon est le sol sur lequel est construit l'habitation (logement, école, lieu de travail...).
La mesure de la concentration de radon s'effectue à l'aide de dosimètres que vous pouvez vous procurer (prix actuel 25 euros incluant la lecture des résultats) auprès de fournisseurs agréés par la Direction des affaires sanitaires et sociales de votre département (DDASS).
Les dosimètres sont installés pendant une période de deux mois (hors période d'été) dans les endroits les plus fréquentés de votre logement (salle de séjour, chambre, bureau...).

Au-dessous de 400Bq/m 3 la situation ne justifie pas d'action correctrice particulière.

Entre 400 et 1000 Bq/m3 il convient de mettre en œuvre sur le bâtiment d'habitation des actions simples destinées à réduire l'exposition des personnes.

Au-delà de 1000 Bq/m3 il convient de réaliser un diagnostic sur le bâtiment afin d'identifier la source de radon et ensuite réaliser les travaux nécessaires pour réduire l'exposition au radon.

Les techniques simples de réduction du radon

Elles consistent à :
- assurer l'étanchéité des sous-sols, des vides sanitaires, des murs, des planchers et des passages de canalisation
- ventiler le sol en dessous du bâtiment et les vides sanitaires
- vérifier l'étanchéité du bâtiment à l'eau (drainage périphérique)
- aérer les pièces du logement en ouvrant les fenêtres au moins une fois par jour et veiller à ce que les grilles d'aération ne soient pas obturées.
- Mettre en place, le cas échéant, un système de ventilation mécanique double-flux (entrée-sortie).


Aides financières

Des aides financières peuvent être accordées pour vous permettre de réaliser les travaux qui s'avèreraient nécessaires (aides à l'amélioration à l'habitat). Renseignez-vous auprès de la direction départementale de l'Equipement (délégation ANAH) ou des organismes chargés des opérations d'amélioration de l'habitat (Pact Arim...).

En conclusion le radon est un facteur de risque du cancer du poumon.

Le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) qui dépend de l'organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu depuis 1987 le radon comme agent cancérigène.
Le risque de cancer de poumon est prouvé chez les mineurs d'uranium, fortement exposés au radon. En revanche il n'est pas clairement établi pour les seules personnes exposées au seul radon dans les bâtiments. Mais les études qui ont été menées ne permettent pas de conclure à l'absence de risque, même si celui-ci est minime.
Toutefois il a été démontré que l'usage du tabac est responsable de la majorité des cancers du poumon. L'exposition simultanée au radon et au tabac est particulièrement nocive
.


BIBLIOGRAPHIE

L'article ci-dessus est la synthèse d'informations contenues dans les documents suivants :

- brochure « Le radon » du Ministère de l'Equipement (direction générale de l'urbanisme, de l'Habitat et de la Construction) et du ministère de l'emploi et de la solidarité (direction générale de la santé)
- Plaquette « dans votre logement vous respirez peut-être du radon »
- Dossier de presse « Le radon dans le Finistère » de la DASS du Finistère
- Communiqué de presse du 22 octobre 2007 de la DASS du Finistère.

 PHOTOGRAPHIE

 La photographie représentant une petite maison bretonne en pierre (penty) avec toit de chaume a été aimablement fournie par Jean Jacques Tréguer chargé de communication de l'Association Aux Marins (www.auxmarins.com)

:

-

Publié dans SCIENCES ET TECHNIQUES

Commenter cet article