ALAN LEAUSTIC, CITOYEN DU MONDE INSULAIRE

Publié le par Pierre LEAUSTIC

Alan devant le lagon de Mayotte



Je m'appelle Alan et je viens d'avoir 10 ans.
J'ai la particularité d'avoir toujours vécu en France mais jamais sur le continent métropolitain  et toujours sur des îles.
Ces îles relèvent de 3 continents différents (Océanie, Europe, Afrique)....
Je suis né le 6 juin 1998 à Papeete en Polynésie (Océanie) où j'ai vécu de 1998 à 2001. J'habitais Mahina à proximité de Papeete sur l'île de Tahiti à 16700 kilomètres de la France.
Puis j'ai séjourné à Ajaccio en Corse de 2001 en 2004 et enfin depuis 2004 je vis à Mamoudzou sur l'île de Mayotte (Archipel des Comores en Océan indien) à 8000 kilomètres de la France.
Et, pour clore ma relation avec les îles, mes parents ont une résidence à Kerhornou en Ploumoguer face à l'archipel des îles Molène en Pays d'Iroise et à proximité d'une plage qui s'appelle "Illien"...!

Suis-je prédestiné à être un insulaire  toute ma vie?

Je ne sais pas encore ce que représente la vie en permanence à l'intérieur des terres mais cela ne saurait tarder car mes parents m'annoncent une prochaine installation familiale à Albi dans le Tarn. Je sens que cela va me faire tout drôle de ne plus voir la mer et d'entendre le bruit des vagues.... Comme j'ai des cousins sur la côte landaise.... J'espère qu'ils m'inviteront souvent.

Mon papa est breton du pays d'Iroise et ma maman Auvergnate de Sainte-Florine. Ils se sont mariés à Saint Renan, capitale du pays d'Iroise. J'ai un frère Méven (12ans 1/2 ) et une sœur Léna (5ans)
.

MON AVENIR

Plus tard je veux être footballeur professionnel et/ou prof de maths... Ce n'est pas inconciliable car on m'a dit que Christian Gourcuff l'entraineur du club professionnel de Lorient avait exactement ce profil !
Pour l'instant je répète mes gammes en matière de jonglerie avec le ballon (50 «pied droit», 50 «pied gauche», 50 «têtes»...) J'y suis presque... car il me faut être  au point pour mon stage estival 2008 au centre technique national de football de Ploufragran dans les Côtes d'Armor.
Il faut que je vous dise aussi que je suis un supporteur inconditionnel du Stade Brestois... Quand je suis en vacances en Bretagne je ne manque aucune  rencontre de mon équipe préférée.

ORIGINE DE MON  PRENOM ALAN

Mon prénom Alan (prononcez a-lann)- se fête le 27 novembre. Si je m'en réfère à l'excellent ouvrage sur les prénoms bretons de Gwenolé Le Menn publié aux Presses universitaires de Bretagne Saint Alan a été évèque de Quimper au 6ème siècle. Sa vie est mal connue mais il est honoré dans plusieurs paroisses du Finistère.

Certains prétendent que ce prénom pourrait avoir une origine iranienne, la tribu des Alanis venue de Scythie. Un groupe se serait installé sur les bords de la Loire autour d'Orléans au 5ème siècle et serait entré en relations de voisinage avec les bretons.
Leur présence serait à l'origine de plusieurs localités (Allaines, Allainville , Alaincourt...)

D'autres étymologies peuvent être sérieusement envisagées.

Selon l'encycopédie Wikipédia , l'étymologie indo-européenne d'Alan serait «beau, harmonieux» et l'étymologie celtique serait d'origine galloise et signifierait «cerf, faon».
Pour G. Le Menn il est possible qu'il y ait eu confusion entre ALAN et TALAN, honoré en Cornwall en Pays de Galles, qui représente probablement la forme hypocoristique d'Alan.

La version latine de ce prénom donne Alanus et la version Française est Alain.
Les diminutifs d'Alan : Lann, Lanig (donné aussi comme surnom en bretagne au renard et au rouge-gorge).
Au féminin : Alana, Naig, Alanez, Nezig....
De nombreux noms de famille dérivent du prénom d' Alan : Aballan, Aballain, Alanou, Alanet, Alanioux, Allainmat, Allanic....

QUELQUES ILLUSTRES ALAN/ALAIN

Ce prénom, francisé Alain, a été porté par plusieurs bretons illustres et notamment un roi de Bretagne et un Bienheureux.

Pour la lignée  royale le site www.anarvorig.com évoque :
« Alain 1er dit le Grand, frère de Paskweten qui fut impliqué dans l'assassinat de son oncle, le roi Salaun. A la mort de son frère en 876, Alain reprend ses prétentions à la couronne bretonne ce qui aura pour effet de provoquer une guerre civile face à Judikael, autre prétendant. Il régna de 890 à 907.

Vint ensuite Alain II Barbetorte, fils du Comte de Poher et petit-fils d'Alain 1er qui sous la pression des invasions normandes s'enfuit en Angleterre avant de revenir libérer la Bretagne en 936. Il prit le pouvoir en 938 et décéda en l'an 952.

Au début du 11ème siècle et suite au décès de son père, Alain III hérite du duché à l'âge de 10 ans. Après une régence effectuée par sa mère et une défaite face au duc de Normandie Robert le Magnifique, il en devient le vassal. A la mort de ce dernier, il reprend son indépendance mais sera finalement tué en terre normande.

Alain IV Fergent, fils du duc Hoël, époux, successivement de Constance, fille de Guillaume le Conquérant et de Ermengarde, fille du duc d'Anjou. Alain IV qui régna de 1084 à 1112, développera l'administration du duché, partira en croisade avant d'achever son existence en 1116 au monastère de Redon dans lequel il s'était retiré 4 ans auparavant ».

Citons également le Bienheureux Alain de la Roche, dominicain du 15ème siècle et dont la fête est le
8 septembre. Né près de Plouer sur Rance (Côtes d'Armor) vers 1428, il fut un grand prédicateur dominicain, parcourant la France, l'Allemagne et les Pays Bas pour développer la dévotion du chapelet et fonder des confréries du Rosaire. Il fonda la première à Douai.
C'est à Zwolle en Hollande qu'il partira contempler les mystères du Christ qu'il faisait méditer par le Rosaire.
"C'est le bienheureux Alain de Roche, un des premiers disciples de saint Dominique qui coordonne le chapelet et l'enrichit en y ajoutant les méditations, ainsi que la vie de Jésus et de Marie. Il l'appelle le chapelet du Rosaire parce qu'il ressemblait à un bouquet de roses qu'on dépose aux pieds de la vierge (référence site nominis.cef.fr)
.

Plus près de nous comment ne pas évoquer Alan Stivell (de son vrai nom Alain Cochevelou) célèbre chantre de la culture bretonne et « père » du renouveau musical breton...

 MA GENEALOGIE

Voici mon ascendance  "Léaustic" :

Ronan Léaustic (1968) - Catherine Mège (1969)
Pierre Léaustic (1946) - Annick Kerros(1946)
Gabriel Léaustic (1911-1998) - Marie Yvonne Piriou (1915-1992)
Etienne Léaustic (1881-1951) - Philomène Ruelen (1885-1920)
Pierre Eugène(1840-1891) - Marie françois Quellec (1845-1909)
Claude Léaustic(1795-1866) -Marguerite Lannuzel (1798-1852)
Jean françois Léaustic (1766-1812) - Marie Josephe Le Bihan (1769-1829)
François Léaustic (1728-1797) Marie Marguerite Jézéquel (1798- ?)
François léaustic (1699-1778) - Magdeleine Mazé (1704-1775)
Yves ou Yvon Léaustic (vers 1650-1703) - Barbe Jégou (1655-1727)
Christophe Léaustic ( vers 1624-1699)- Marie Le Gélébart (vers 1628-1683)


 

 

Publié dans BIOGRAPHIES

Commenter cet article

... 12/10/2010 17:40


bravo