AN EOSTIG, LE ROSSIGNOL PHILOMELE.....

Publié le par Pierre LEAUSTIC





 An eostig, le rossignol philomèle




L'anthroponymie est comme vous le savez la science relative aux noms des personnes.
Nombreux sont les membres de notre diaspora qui se posent la question de savoir pourquoi un jour un de nos ancêtres s'est vu surnommer ou nommer du patronyme de Léaustic/Léostic/Lestic
. 

Dans son ouvrage «Dictionnaire des noms de famille bretons» publié aux éditions Le Chasse-marée-ArMen, l'érudit finistérien Albert Deshayes nous donne quelques indications intéressantes :

Nos noms bretons datent dans leur grande majorité de l'époque médiévale.

Les noms émanent bien souvent de surnoms eux-mêmes issus de particularités physiques (exemple : Moal=Chauve), de comportements (exemple Le Buan= le vif, le rapide), de caractère (Le Balch = le fier), de qualités (exemple Madec, Madoc = bon), de défauts (exemple Craveur=grippe-sou), de relations humaines (exemple Abjean=le fils de Jean), de noms de lieux (exemple Lesteven=dune), de pratiques religieuses (exemple Perhirin=le pèlerin), d'éléments de la nature comme l'eau (Poulmarc'h=la mare du cheval), du rang social (Briant= privilège), de l'habitat (exemple Kerros=habitation du coteau) etc. etc.

sur l'origine bretonne des noms Léaustic/léostic/lestic :

L'hypothèse la plus répandue est celle d'eostig qui en breton est le nom du rossignol.
On peut aussi imaginer que Eostig est le diminutif de Eost nom du mois d'Août. Le nom de famille Léost existe.

Sur l'implantation géographique

- le nom Léaustic/léostic est répandu dans le Bas-Léon et plus spécifiquement dans le pays d'Iroise comme le confirment toutes les études généalogiques.
- le nom Lestic est répandu dans les Côtes d'Armor et, celui de Le Nestic, en pays vannetais.

Sur les variations orthographiques

Albert Deshayes rappelle qu'en vieux breton on trouve Léaoustic et en moyen breton eaustic.

Enfin précisons que Gwenn Léaustic dans son excellent article publié dans le présent blog a attesté les noms de Christophe Léaustic en 1675 et de Jehan L'Eostic en 1434.


A partir de l'hypothèse suivante : Léaustic/léostic/lestic a été donné à un de nos ancêtres par analogie avec an eostig, le rossignol, il paraît intéressant de mieux connaître les particularités de cet oiseau afin de tenter de savoir ce qui a pu conduire à donner ce surnom puis ce nom à un des nôtres....

Le rossignol est un merveilleux chanteur.....

On dit aussi qu'il gringotte, quiritte, trille.... Le rossignol est particulièrement réputé par son chant aux sonorités variées et harmonieuses.
Vous voulez écouter son chant ? Rendez vous sur le site internet : http://www.salamandre.ch/chant-rossignol.
Son chant mélodieux se révèle complexe à décrypter ! Les chercheurs ont dénombré entre 120 et 160 séquences différentes. Elles durent entre 2 et 4 secondes.
Tous les rossignols n'ont pas les mêmes qualités vocales. Certains ont des intonations et des mélodies plus musicales que d'autres.
Tout dépend semble-t-il des qualités pédagogiques de son maître...chanteur en l'occurrence son père qui se charge de son éducation musicale...
Ses qualités vocales sont tellement réputées qu'elles ont inspiré des formules de la vie courante. Ainsi «chanter comme un rossignol"  se dit lorsqu'une personne chante admirablement.

Le rossignol est un grand séducteur....

Le rossignol est certes discret mais il attire l'attention par sa gaieté naturelle et son côté joyeux. Citons à ce sujet le dicton « Gai et joyeux comme un rossignol sur l'aubépine » qui se traduit en breton par « Drant ha laouen evel an eostig war ar spern-gwenn ».

Le rossignol chante la nuit pour attirer sa femelle et délimiter son territoire... Dès lors que le couple est formé les vocalises perdent de leur intensité et se réduisent de manière significative...
Dans la tradition populaire le rossignol annonce le printemps, c'est le symbole de l'amour....
 
 
Le rossignol est un guérisseur....

Les chants du rossignol étaient réputés calmer la douleur, accélérer les guérisons et adoucir le mort... comme l'évoque Hans Christian ANDERSEN dans de ses célèbres contes «L'empereur de Chine et le rossignol».

Le rossignol est un grand voyageur.... de nuit !

Fin août/début septembre le rossignol migre vers l'Afrique Australe en passant par le détroit de Gibraltar car il répugne manifestement à franchir des grands espaces maritimes.
Il est de retour vers la mi-avril voyageant exclusivement la nuit !
Les mâles arrivent en premier, les femelles les suivent de quelques jours....
Précisons à toutes fins utiles que le rossignol breton est le rossignol philomèle (Luscinia megarhynclos). Il a inexplicablement disparu du Finistère et des Côtes d'Armor depuis le début du 20ème siècle.
Aujourd'hui on le trouve uniquement en Bretagne dans les départements de la Loire Atlantique, d'Ille et Vilaine et à l'est du Morbihan (Télégramme de Brest 28 mai 2008-François de Beaulieu - SEPNB)

Le rossignol... mauvais parent ?

Un dicton énonce «quand le rossignol a vu ses enfants il ne chante plus»
Le rossignol père, accablé par les soucis de la parentalité, n'aurait-il plus le coeur à chanter ?
Serait-il psychologiquement fragile ?
En fait on entend moins le rossignol car il participe activement avec sa femelle à l'alimentation de ses petits. La femelle couve de 3 à 6 œufs pendant 14 jours. Les petits sautent du nid après 11 jours alors qu'ils sont incapables de voler,  l'apprentissage de l'autonomie semble précoce chez les rossignols !!!
Il reprend son chant après l'envol de ses petits afin de leur transmettre son savoir musical.

Le rossignol ... muse des conteurs et des poètes ?

On pense immédiatement au lai du Laostic de Marie de France que vous pourrez lire en intégralité sur le présent blog (rubrique arts et littérature).
Le rossignol est lié à l'imaginaire celte moins par sa présence que par les nombreux textes littéraires et artistiques qu'il a inspirés.

En faisant référence aux études réunies par Véronique Gély, Jean -Louis Haquette et Anne Tomiche (information publiée par Alexandre Gefen sous le titre «Philomèle. Figures du rossignol dans la tradition littéraire et artistique» sur le site http:// www.fabula.org.) :

« Se souvient-on, en lisant « The Nightingale » de Coleridge, de la relation qu'entretient le rossignol avec la figure de Philomèle, dont l'histoire constitue l'une des métamorphoses ovidiennes ? Sait-on que le chant du rossignol, ce poncif de la poésie et de la chanson romantiques, a donné lieu à l'une des fables mythologiques les plus cruelles et les plus riches de sens sur la création artistique ?
De l'Antiquité à T.S. Eliot, Christoph Ransmayr ou Ted Hughes en passant par Chrétien de Troyes, Chaucer, Shakespeare, La Fontaine, Florian, Keats et Lamartine pour ne citer qu'eux, la littérature occidentale a évoqué, écrit, récrit l'histoire de Philomèle métamorphosée en rossignol après avoir été violée et mutilée par le mari de sa soeur, pour qu'elle ne puisse pas le dénoncer.
Tantôt joie de la vengeance, tantôt plainte et ressassement du souvenir douloureux, le chant des rossignols est investi de significations variées, voire contradictoires. Qui plus est, parce qu'elle réussit, au moyen d'une tapisserie, à « dire » son histoire alors même que sa langue a été coupée, Philomèle est devenue une figure de l'artiste créateur et son oeuvre l'emblème d'une « voix du silence » qui passe outre l'interdit de la communication ».

 

Le rossignol nourrit aussi une légende : « Mal servis lors de la création, le rossignol et l'orvet n'avaient qu'un œil chacun. Invités à la noce du roitelet, le rossignol voulant faire bonne figure, emprunta l'œil de l'orvet. Mais il ne le rendit jamais...
Avait-il promis de le rapporter « à la chute des feuilles de ronces » c'est-à-dire jamais ?
Avait-il tant pris goût qu'il ne voulait plus s'en séparer ?
L'orvet déclara donc « quand tu dormiras je te le reprendrai ! »
C'est pourquoi le rossignol chante et ne dort jamais tandis que l'orvet que l'on trouve au pied de l'arbre où est le nid, a deux petites fentes à la place des yeux ! (Télégramme 28 mai 2008 - François de Beaulieu - SEPNB)

Le rossignol... un petit être discret ?

Il se cache souvent dans les arbres des forêts près de l'eau. Il chante surtout la nuit ce qui ne permet pas de le détecter facilement. Serait-il timide ? Aurait-il peur du bruit et de la faune environnante ?
Sa discrétion est favorisée par sa très petite taille : 22/24cm d'envergure, 16cm de hauteur, avec un poids de 18 à 27 grammes et par son plumage brun qui se fond dans la nature.
Une particularité physique le distingue de ses congénères de petite taille : il est doté de longues pattes.
Le fait qu'on a du mal à apercevoir le rossignol a généré une formule argotique. Le rossignol désigne en effet dans un magasin ou un entrepôt un objet obsolète qui a perdu toute valeur.
Le rossignol étant haut perché dans les arbres, c'est aussi sur les plus hautes étagères, hors de portée de main et des yeux des chalands que l'on place les objets invendables ...
Est-ce aussi pour illustrer la discrétion liée à son utilisation qu'une fausse clé est désignée sous le terme de rossignol ? Où est-ce par que la fausse clé chante (grince) dans la serrure ?


A partir de cette description "d'an eostig le rossignol" vous pouvez laisser courir votre imagination pour percer le secret du patronyme léaustic/léostic/lestic  légué par nos ancêtres.... mais avouez que ce patronyme comporte beaucoup d'éléments positifs qui figurent très certainement dans votre patrimoine génétique !!! Cherchez bien... vous allez vous reconnaître...

 

 

Publié dans ORIGINE LINGUISTIQUE

Commenter cet article

Le Nestic Isabelle 27/11/2008 11:44

Bonjour
Après des années de recherches généalogiques,on a trouvé une erreur de transcription sur les registres de l'état civil qui prouve la parenté de Le Nestic avec les Lestic. En fait, tous les descendants Le Nestic viennent de Guillaume Le Nestic fis de M. Lestic, il y a environ 200 ans. Ce nom "Le Nestic" ne vient pas de Vannes mas uniquement du Trégor d'où je suis originaire de part mon père. Je vous propose de
vous envoyer les documents l'attestant si cela vous intéresse. Je suis originaire d'Elven (à côté de Vannes) de part ma mère. Le nom que je porte avec fierté est incontestablement du Trégor. Merci de votre attention. Bonne continuation et merci pour les autres informations sur votre site. Mme Le Nestic