LE MICROCLIMAT DU PAYS D'IROISE, TERRE DE NOS ANCETRES

Publié le par Pierre LEAUSTIC

L'été 2008 ne s'annonce pas comme une référence ensoleillée dans les annales climatiques du pays  d'Iroise et renforcera sans aucun doute les préjugés de tous ceux qui pensent qu'il y pleut en permanence.
Derrière les idées reçues sur le climat "iroisien" se cache une réalité complexe qu'il convient d'examiner avec sérieux et humour.

La première partie  décrira les caractéristiques du "climat iroisien" et les raisons qui expliquent la présence de microclimats.
La deuxième partie
évoquera la manière de parler du "temps qu'il fait" en pays d'Iroise.

LES CARACTERISTIQUES DU CLIMAT IROISIEN

La géographie et la météorologie définissent le climat du pays d'Iroise comme un «climat de type océanique caractérisé par la douceur des températures, l'humidité de l'air et la variabilité des types de temps».
Il n'y a donc pas de surprise tout est annoncé et décrit dans ces trois caractéristiques. Pour les températures caniculaires, les risques de déshydratation, les difficultés de respiration, les inondations et autres catastrophes climatiques voyez ailleurs qu'en Pays d'Iroise ! !

De la douceur des températures...

Les températures varient en moyenne entre 1 à 5 degrés en hiver et entre 18 à 20 degrés en été.
Avec cette faible amplitude des températures vous pouvez cultiver des plantes exotiques (fraises, cactus, palmiers, oliviers...) et avec une « petite laine » vous êtes habillé pour l'année ...

De l'humidité de l'air...

Elle est favorisée par des précipitations qui se révèlent supérieures à la moyenne nationale en nombre de jours où la pluie est apparue. Mais pourquoi diantre ne dit-on pas qu'à Biarritz ou à Bordeaux il pleut tout autant ? Mystères de la communication.... que les iroisiens considèrent souvent comme une certaine marque d'ostracisme à leur égard... Alors, chers amis « visiteurs » évitez de dire que le Finistère est le « pot de chambre de la France »... pour ne pas froisser la susceptibilité de vos interlocuteurs. Le breton en général et l'iroisien en particulier, « râlent » constamment après les conditions climatiques mais ne supportent pas que l'on critique leur « brume de chaleur » !

De la variabilité du temps...

La formule « temps variable » chère aux présentateurs météo de la télévision prend ici tout son sens !
Le pays d'Iroise se situe dans le front de rencontre des masses d'air polaire froides et des masses tropicales chaudes. Cette situation entraîne parfois une très grande diversité du temps et quand on vous dit que dans le pays d'Iroise il fait beau plusieurs fois par jour ce n'est pas une galéjade !
Car ce qui fait le charme climatique finalement de notre pays d'Iroise c'est que le temps change constamment : passer en quelques heures d'un ciel nuageux à un ciel clair, de la bruine au soleil, de la brise légère à la brise tonique, quel bonheur !

Les microclimats du pays d'Iroise

Vous quittez Brest sous la bruine et dès Saint Renan, plaque tournante du territoire, jusqu'au littoral (Locmaria-Plouzané, Plougonvelin, Le Conquet, Ploumoguer, Plouarzel, Lampaul-Plouarzel, Lanildut, Porspoder, Landunvez, Ploudalmézeau, Lampaul-Ploudalmézeau) vous trouvez un soleil radieux.... Et à 5 nautiques du littoral vous avez l'île de Molène qui brille de mille feux sous un soleil éclatant.
Non ce n'est pas un mirage c'est tout simplement le microclimat du pays d'Iroise. Il faut même dire un des microclimats du pays d'Iroise car il y a toujours un « petit coin abrité et ensoleillé » dans les 20 communes du territoire de nos ancêtres, y compris dans le terroir (Trébabu, Plourin, Brélés, Lanrivoaré, Tréouergat, Milizac, Guipronvel...).

Le phénomène climatique peut s'expliquer par la présence de reliefs : une barrière naturelle (falaises par exemple) oblige l'air à s'élever ce qui contribue au développement des nuages et des précipitations. Ces dernières ont tendance à tomber sur des points culminants alors qu'à proximité le temps reste ensoleillé.

Sur ce sujet voici ce qu'écrit . Paméla HURON du GIP Bretagne environnement en collaboration avec MÉTÉO FRANCE OUEST (1)

« Par sa configuration péninsulaire, la Bretagne est fortement influencée par l'océan. Le climat y est très changeant mais les variations sont rarement extrêmes. L'océan adoucit les températures hivernales et les rafraîchit en été. L'ensoleillement est plus généreux et la pluviométrie plus faible sur le littoral.

Grâce aux brises de mer, l'océan contrôle le climat littoral, bien sûr, mais aussi le temps qu'il fait à l'intérieur des terres. Pendant les longues journées d'été, le soleil chauffe le sol, et communique sa chaleur à l'air qui se réchauffe à son tour. Dilaté, donc plus léger, l'air remonte dans l'atmosphère où il se refroidit : c'est ainsi que naissent les cumulus. Pour remplacer la masse atmosphérique chaude qui remonte, l'air plus froid, situé au-dessus de la mer, se dirige vers le continent. La circulation de l'air en boucle s'appelle le mouvement de convection. De la mer vers la terre, il s'agit de la brise de mer qu'on observe la journée. Selon leur teneur en gouttelettes d'eau, les nuages amèneront, ou pas, des averses sur le continent. S'ils deviennent très nombreux, il se crée un tapis uniforme de stratocumulus.
La présence de ces nuages ou d'averses entraîne un fort contraste climatique en seulement quelques kilomètres, entre la bande littorale totalement ensoleillée et l'intérieur des terres où le ciel est couvert. De ce fait, la durée d'insolation est nettement plus importante sur le littoral qu'à l'intérieur des terres.
L'ensoleillement de l'Armor (Pays de la mer, en breton) comptabilise jusqu'à 220 heures, contrairement à l'Argoat (Pays des bois) qui peut tomber à 150 heures d'insolation, à Rostrenen (valeurs d'août 2002).
Malgré l'été et ses brises, il arrive que l'océan apporte des masses nuageuses douces et humides qui modifient le ciel : éclaircies et cumulus (ciel de traîne) font place à la grisaille côtière tenace. C'est alors le règne du crachin breton (glizhenn) ou de la brume (morenn). Les secteurs atmosphériques chauds viennent s'échouer sur les côtes nord et ouest en se heurtant aux hautes pressions. Les stratus demeurent donc le long de la bande littorale alors qu'à quelques kilomètres au-delà, les terres sont éblouies de soleil, on peut alors observer des contrastes thermiques allant jusqu'à 8 degrés !
Mais, les terres apportent aussi leur lot d'influences. Trop de vents, surtout ceux provenant du sud-ouest, peuvent amener à leur tour des nuages de la terre vers la côte nord bretonne, et ainsi, annuler les effets bénéfiques des brises de mer dans les départements concernés ».

 

(1) site internet www.bretagne-environnement.org - Pourquoi y a-t-il autant de microclimats en Bretagne ?


















Mon village au pays d'iroise avec son microclimat.....

A SUIVRE.... PARLER DU TEMPS QU'IL FAIT EN PAYS D'IROISE

 

 

Commenter cet article