LES TRIBULATIONS DE JULIEN LEAUSTIC EN CHINE

Publié le par Pierre LEAUSTIC

Après 2 séjours en Chine en 2005 (personnel) et en 2008 (professionnel) Julien Léaustic est de retour en Métropole. Il a bien voulu nous livrer ses impressions sur « L'empire du Milieu » .

Julien, pouvez-vous rappeler aux membres de la diaspora vos origines familiales et géographiques ?

J'ai 23 ans, je suis né le 1er mars 1985 à Saint-Malo. Mon père, André Léaustic est originaire de Saint Renan dans le pays d'Iroise et ma mère, Marie Paule Briand, est originaire de Cancale dans l'Ille et Vilaine.
J'ai passé l'essentiel de ma jeunesse à Miniac-Morvan (35) avec mes parents et mes frères Mickaël (1973) et Sébastien (1976).

Voici la lignée des Léaustic dans laquelle je me situe :

André léaustic (1945) et Marie-Paule Briand (1952)
Jean Léaustic (1915-1992) et Alexina Coatanéa (1917-2002)
Christophe Léaustic (1877-1960) et Jeanne Audren (1879-1964)
Jean Christophe Léaustic (1845-1931) et Jeanne Bréhier (1846-1923)
René Marie Léaustic (1816-1868) et Marie Françoise Poullaouec (1814-1873)
Jean Marie Léaustic (1789-1851) et Marie Anne Lamour (1785-1826)
Jacques Marie Léaustic (1760-1826) et Marie Jean Le Rû (1766-1805)
Goulven Léaustic (1729-1795) et Marie Catherine Keranvran (1740-1808)
Claude Léaustic (1689-1732) et Anne Liles (1694-1758)
Jacques Léaustic (1644-1714) et Jeanne Stéphan (1688-1715)
Christophe Léaustic (1624-1699) et Marie Le Gélébart (1628-1683)

 
Vous êtes aujourd'hui un brillant ingénieur. Quel a été votre cheminement scolaire ?

Mon cursus scolaire n'a rien de très original ; J'ai fréquenté l'école primaire de Miniac-Morvan puis le collège Choisy et le lycée Maupertuis de St-Malo.
Après le baccalauréat STI électronique j'ai suivi à St-Brieuc, la seule classe préparatoire TSI publique de Bretagne.
Cette classe préparatoire qui, comme toutes ses semblables, demande des efforts particulièrement soutenus de la part des étudiants m'a énormément apporté et surtout permis de réussir mes concours d'entrées dans les écoles d'ingénieurs.
 En 2005 j'ai finalement choisi d'opter pour la continuité des études entreprises et de m'orienter vers une spécialisation électrique à l'École Polytechnique de l'Université de Nantes (EPUN), département génie électrique à St Nazaire.

C'est dans le cadre de cette formation d'ingénieur que j'ai choisi de réaliser mon stage de dernière année à Wuhan en Chine, ville que j'ai découverte durant l'été 2005 et qui m'avait laissé de nombreux et excellents souvenirs.

Quels étaient les objectifs de ce stage de fin d'études ?

Ce stage de 6 mois au sein d'INERGY Automotive System (entreprise Franco-Belge qui réalise des réservoirs à carburants pour l'industrie automobile) est venu finaliser ma formation d'ingénieur à l'EPUN.
Je suis en charge d'un projet industriel qui vise à réduire le temps nécessaire au refroidissement d'un réservoir d'essence,  en injectant de l'eau à l'intérieur de ce dernier et en utilisant le pouvoir d'évaporation de cette substance pour absorber de l'énergie calorifique et ainsi diminuer plus rapidement la température du réservoir ainsi moulé. C'est plus compliqué que ça en à l'air !! 
L'objectif de l'entreprise est bien entendu de réaliser des gains de productivité.
L'ambiance de travail est bonne, les collègues sont tous très sympathiques et heureux de pouvoir découvrir des étrangers qu'ils n'ont pas l'habitude de rencontrer. Le problème reste que tous mes collègues sont Chinois et qu'ils se parlent entre eux... en Chinois. Je me retrouve à être le seul à ne pas sourire quand les blagues fusent
  !

En tant que stagiaire vos conditions matérielles d'existence devaient être difficiles ?

Le premier mois a été difficile car je me suis retrouvé seul, sans amis ni connaissances, dans un pays que je connaissais à peine. La nourriture, la langue et les mentalités sont évidemment très différentes mais le temps nous habitue à tout.
Je perçois 2000 yuans (environs 200 €) par mois pour mon stage et mon loyer est payé par l'entreprise. Cela peut paraître peu mais à Wuhan cela représente un salaire de technicien. Ces 200 € me permettent donc de me nourrir, de me déplacer en taxi (vraiment peu cher à Wuhan) et de m'amuser avec mes amis. Je me retrouve tout de même en fin de mois à « compter mes petits sous » pour survivre !!! Comme tous les étudiants ici comme ailleurs !

Dans quelle région de Chine se trouve WUHAN ?

Mon stage se déroule à Wuhan, capitale de la province du Hubei. C'est la plus grande ville de Chine à ne pas se trouver dans l'extrême est du pays. Elle a le statut administratif de ville sous-provinciale. Sa population est de 9.7 millions d'habitants.
Douzième plus grande ville de Chine aux paysages variés : montagnes, lac, fleuves  elle allie à la fois la modernité avec par exemple le centre ville et ses gratte-ciel, et la tradition avec ses lieux chargés d'histoire.
La ville est aussi connue comme l'un des « fours » de la Chine, en raison des températures très élevées atteintes en été.
Wuhan est en fait composée de trois villes situées de part et d'autre du Chang Jiang : Hankou, où se trouve le centre des affaires, Hanyang qui constitue le centre industriel et Wuchang où se situent la plupart des nombreuses universités de Wuhan.
C'est également la ville où a commencé en octobre 1911 le soulèvement de Wuchang, ayant mené au pouvoir Sun Yat-Sen, leader de la première révolution Chinoise, transformant ainsi le pouvoir impérial de la dynastie Qing en République de Chine.
La ville abrite la principale implantation industrielle en Chine du constructeur automobile Français PSA-Peugeot Citroën : le site d'assemblage de Wuhan. C'est la ville de Chine qui reçoit le plus d'investissements français. En 2005, le PIB total a été de 223.8 milliards de yuans et le PIB par habitant de 26 238 yuans. ( 1 yuan = 0.1 euros).

A SUIVRE...

(1) source www.chine-informations.com. Ce sont les Chinois eux-mêmes qui définissent leur pays comme l'empire du Milieu (ou le royaume du milieu) : Zhongguo en mandarin. Jusqu'au XIXe siècle, Zhongguo signifiait « le centre du pays », c'est-à-dire, grosso modo, la province du Hunan d'aujourd'hui.

Traditionnellement, les Chinois plaçaient leur empereur en ce centre et imaginaient des anneaux concentriques s'étendant du Hunan vers les régions limitrophes «barbares». Lorsque la Chine commencera à avoir des contacts directs avec le monde occidental, Zhongguo désignera l'ensemble du pays.
Un autre terme, plus littéraire, est utilisé comme synonyme : Zonghua, que l'on peut traduire par « prospérité du centre ». Mais Hua a un autre sens, la nation "Han", autrement dit la nation chinoise
. Il apparaît dans le nom officiel de la République populaire de Chine : « Zonghua Renmin Gonghe Guo ».

 
 

Publié dans LIEUX GEOGRAPHIQUES

Commenter cet article