STEPHANE VAILLANT PASSIONNE DE GENEALOGIE (Suite)

Publié le par Pierre LEAUSTIC


SUITE DE L'ARTICLE "STEPHANE VAILLANT PASSIONNE DE GENEALOGIE"

Stéphane, d’où est née votre passion pour la généalogie ?

 

Ma passion pour la généalogie est née par hasard, en observant mon oncle paternel, Guy, étudier des actes, recouper les informations, noter quelques anecdotes ou renseignements glanés en discutant avec mon grand-père. Durant mes études à Brest, bien avant l'explosion de la généalogie sur Internet, j'avais tout loisir de me rendre au Conquet pour fouiller dans les registres à la recherche de mes racines. Puis, de fil en aiguille, je me suis intéressé à l'histoire locale et à la généalogie descendante.

 

Comment vous la mettez en œuvre ?

 

Au tout début, comme beaucoup de généalogistes, je travaillais ma généalogie au fil de mes voyages sur la terre de mes ancêtres. Je préparais alors de longues listes d'actes à récupérer que j'étudiais tranquillement chez moi durant les longues soirées d'hiver. Puis, l'informatique et Internet se développant, j'ai commencé à travailler sur Ancestrologie et à consulter la base RECIF du Cercle Généalogique du Finistère, une vraie mine d'or !

 

Le temps que vous y passez ?

 

Cela dépend des périodes de l'année… Bien que profondément passionné par la généalogie, je préfère profiter du grand air et de mon jardin durant l'été. Cette année, j'ai fait plus de généalogie que de jardinage…

 

Vos objectifs en ce qui concerne les léaustic/léostic ?

 

Durant des années, je ne me suis pas particulièrement intéressé aux Léaustic/Léostic car, descendant direct des Vaillant, des Hamon et des Mazé, j'avais déjà fort à faire avec ces patronymes. Puis, j'ai découvert le blog de la diaspora et j'ai constaté que je descends par deux fois de Christophe Léostic et de Marie Gélébart… De cette découverte est née l'idée de faire toute la généalogie descendante de ce couple.

L'objectif final de ce vaste travail est de mettre en ligne un arbre descendant du couple Léostic/Gelebart et ainsi apporter ma petite pierre au projet de cousinade…

 

Pourriez-vous donner quelques conseils pour ceux qui veulent s’y mettre (ce qu’il faut faire et surtout ce qu’il ne faut pas faire ! )

 

Le conseil le plus important à donner en généalogie serait la patience… Il ne faut pas commencer son arbre généalogique en se disant qu'au bout d'un mois tout sera terminé !

Ensuite, il faut être méthodique, pragmatique, rationnel : Si vous trouvez un "Jean Léaustic" décédé à Brélès en 1734, dites-vous qu'il peut y avoir plusieurs "Jean Léaustic", faisant parfois partie de la même famille… Il est donc bon de rechercher d'autres indices !

Enfin, il faut utiliser tous les outils de notre époque. Je pense notamment à Internet où vous trouverez beaucoup d'arbres généalogiques qui peuvent citer vos ancêtres.

Cependant, si vous consultez un arbre généalogique sur GeneaNet, ne prenez pas toutes les informations pour vérités. Il se peut que l'auteur de la généalogie que vous consultez ait copié des données erronées sur un autre généalogiste ! Pour ma part, je me sers de ces données comme hypothèses et je les vérifie ensuite…

 

  

A la découverte des ancêtres......
Photographie représentant des marchandes poissons au Conquet (photo extraite de Mémoires d'Iroise de Pierre Paillier -éditions le Télégramme
)

Publié dans GENEAOLOGIE

Commenter cet article